Le camion de poulets

Image en négatif et frotement pixellisée du petit garçon, mort noyé, échoué sur une plage turque..

Image en négatif et fortement pixellisée du petit garçon, mort noyé, échoué sur une plage turque..

L’article qui suit a été écrit la veille de la publication mondiale de la photo ci dessus…..Hélas, la puissance des images est une fois de plus confirmée..

Ci dessous, l’une des oeuvres majeures de Giotto ( 13 et 14 ème siècle) : le massacre des innocents ( Chapelle Scrovegni, Padoue) ; révolution picturale dans la mesure où Giotto, introduit délibérément l’émotion et l’identification aux figures peintes..

Giotto, le massacre des innocents

Morts deux fois…dont par humiliation

Les lieux d’échouage et de trépas des réfugiés ont force de symboles

Images, noyades et rivages

Les milliers de morts par noyade, réfugiés errants sur leurs bateaux , disparus en mer, morts de l’une des plus lente et angoissante agonie qui soit, sont oubliés, sans noms, sans histoires.. Certains s’échouent sur des plages où se rencontrent des touristes. Croisement improbable des deux faces d’un monde de mirages.. Certains fuient la guerre, la misère, d’autres l’ennui et le confort préfabriqué. Tous rêvant des mêmes rivages.
Ces rencontres monstrueuses se font aussi, comme en Tunisie récemment, par la violence inversée, retournée contre ces oisifs à l’innocence jugée coupable. Mais n’est elle pas coupable cette frénésie d’exotisme et de consommation de lieux et d’images ? ? La frénésie des selfies ; l’affichage sur les réseaux sociaux de sa présence en des lieux validés devient un comble de consommation et de la représentation de soi ; après la montre de luxe à 50 ans…les plages du monde les spots branchés de la planète…
Pendant ce temps, en sens souvent inversé… ces centaines de morts en mer, qui ont pour seul destin, de connaître une mort effroyable, et une sépulture digne et mythique ; ce non-lieu de la mer, les profondeurs et l’accueil définitif d’une nature encore puissante. Les cimetières marins restent romantiques ; nos histoires sont pleines de ces trépas mais par hypocrisie sans doute, nous consolons-nous un peu, beaucoup trop vite, de les savoir eux, ces voisins démunis et désemparés, ensevelis ainsi.

Mais encore, ces disparitions quotidiennes, se font sans images, sans lieux, sans traces….Aucune photo de ces drames, ne vient percuter nos « unes », et c’est sans doute mieux ainsi car la prolifération et l’inflation d’images dévalue même celles qui devraient résister à l’oubli.

Le camion de poulets, Hyza

Un drame récent est sans doute plus révélateur encore des impasses de nos mondes..
Sur une bande d’arrêt d’urgence d’autoroute passante, aux abords de la frontière Austro-Hongroise, un camion échoué a fini par attirer l’attention. Une image désuète de poulet souriant grossièrement figurée sur les flancs de la caisse. « J’ai bon goût car je suis nourri avec du bon fourrage »……………………..dit l’annonce en slovaque… Sur les autres flancs, des saucisses grasses et luisantes en gros plan.
Les images des informations et des journaux montrent des policiers vêtus des gilets fluorescents et de masques, autour de ce camion.. La circulation continue….Souvent, il en faut moins par contre pour bloquer des autoroutes.
Il faudra attendre quelques heures pour apprendre qu’à l’intérieur de ce banal camion, 71 personnes sont mortes gelées, étouffées, confinées, déshydratées…hommes, femmes, enfants…. !
Quelle mort ? Quelle sépulture ? Quelle dignité ? ? ? Quels deuils possibles ? ? ?
Il a été difficile de dénombrer les corps.. Certains détails, doivent être réservés.
Une semaine passée, cette vision d’horreur est presque oubliée, disparue des écrans, des journaux… « Match » a risqué une photo de l’intérieur…
Ces pauvres gens n’auront connu de notre monde que ces infâmes parts maudites que sont ces abords d’autoroutes, ces placards publicitaires grotesques et agressifs, ce flux pollué de nos fleuves autoroutiers pour échouer, invisibles, mourant les uns après les autres, abandonnés de tous, sous le regard inconscient des milliers de roulants, de passants, à peine intrigués par ce véhicule stoppé sur le côté.. Pis encore, une fois découverts, les images de leur mort, restent d’une banalité indécente.. On dirait un contrôle routier, ça continue de rouler…
La banalité de ce genre de véhicule est obsédante ; on en croise quotidiennement …comment désormais ne pas s’interroger sur leur cargaison ..
Réfugiés transformés en excréments de notre monde. Dans un camion de mauvaise volaille industrielle, image elle aussi dégradée du monde animal et de la nature.

Sépultures et futur

Si nos mondes ne veulent pas imploser dans la médiocrité et l’avilissement, nous devons réagir à la hauteur de ces événements, y compris de façon symbolique.. La manière dont on traite les morts est la marque de notre humanité, nous le savons, nos mythes et légendes ne sont constitués que de ceci depuis Neandertal…
Nous ne pouvons pas laisser ces seules images infâmes, devenir la seule sépulture de ces réfugiés. Quel signal envoyons nous ?
Il faudrait la liste des noms, des chapelles ardentes, le recueil et l’accueil des familles, un soutien psychologique, une cérémonie, une stèle provisoire…….L’ensevelissement de ces morts est heureusement prévu, proche du lieu de leur mort. Mais quelle ampleur ?

Il y a eu une mobilisation justifiée et sans précédent contre les assassinats de Charlie et d’Hyper Casher…..Il y a eu des messages, des bouquets par milliers ; ils y sont encore ; Il y avait là aussi un enjeu d’image, la défense et la conscience de la force des images, des dessins….et tant mieux…Mais quel crédit si nous tolérons comme seule sépulture pour ces morts anonymes, venus crever et étouffer sous nos vitres fumées les seuls flashs d’infos et images plus ou moins pixélisées….
Ne voulons-nous pas les oublier ? Ne plus les voir ? Sans doute car ils nous ressemblent de plus en plus….informés, modernes, érudits, bilingues souvent…..miroir terrible de la mondialisation.

Les passeurs ont bon dos

Trafiquants et maffieux certes….assassins et cupides. Mais la solution est sans doute en fait plus juste et simple d’aller chercher ces réfugiés nous mêmes…
Notre pays, sans parler de l’Europe entière est en mesure d’accueillir 85 millions de touristes par an…logements, sites, nourriture, transports…Notre pays voit le nombre de fortunes augmenter ; chaque année des millionnaires plus nombreux….Notre pays se prétend terre d’asile, repère idéologique de la liberté et de la fraternité ( moins crédible sur le terrain de l’égalité)…Ce serait un pari pour l’avenir que d’aller chercher ces réfugiés, de les accueillir ( 36000 communes….et pas de places ? ?)…
Le futur de leurs pays pourrait se jouer aussi dans cette fraternité.. Sinon, quel message que celui de notre « civilisation »…indifférence, cynisme, mensonge, hypocrisie, humiliation, mépris jusque dans la mort et la mémoire…Nous payons encore et pour longtemps nos arrogances d’esclavagistes et de colons, et ça se comprend….
Il y a situation de crise et d’urgence…Dans de tels temps, il faut des mesures fortes ; peut-on laisser la « finance » et les banques creuser les écarts, ruiner les économies, détruire les utopies et les projets des jeunes générations de tous les pays ? ? ? De la Grèce à la Syrie, du Mali ( Boko Haram etc..) à la Norvège ( Breiwik)…en passant par les massacres d’écoliers au Pakistan..La jeunesse devient un enjeu de plus en plus aigu et emblématique de ces sacrifices aveugles..
Temps maudits de sociétés anxiogènes ayant hypothéqué tout avenir, toute utopie sur l’autel de la gouvernance par la crainte et la peur du futur…La peur comme chien de garde ( du chômage, du climat, des autres)

Les cupides sont coupables..

Leurs pratiques sont assimilables à de la trahison, du vol, du recel…Nos « démocraties » doivent être fortes pour lutter contre ces puissances…Or nos économies ressemblent de plus en plus aux économies corrompues…Nos inégalités rejoignent celles des pays que fuyent ces réfugiés…C’est sans doute aussi ce qui surprend ceux qui réussissent à arriver….La honte, l’humiliation de leurs sorts, de leurs morts se conjugue aux déceptions fatales des survivants….

Puisse ce court texte contribuer à un hommage en la mémoire de ces anonymes et à leur sépulture symbolique.

1er septembre 2015, O. Jullien ( Enseignant, plasticien en région parisienne)

topelement

A propos Olivier Jullien

Intervenant dans le domaine des arts plastiques, comme enseignant, praticien ( peintures-graphismes) et conférencier.
Cet article, publié dans Actualité - humeurs, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s